AUTRES PIECES REMARQUEES EN 2016

Au delà de notre palmarès de trois pièces qui seront recommandées aux autres comités européens du réseau, un certain nombre de textes ont retenu l’attention des lecteurs qui ont souhaité en conseiller la lecture. Il s’agit de

  • AU PIED DU FUJIYAMA de Jean Cagnard
  • DES IDIOTS NOS HEROS de Moreau
  • TENIR de Nathalie Papin
  • LA VILLE DE l’ANNEE LONGUE de William Pellier
  • SAUVER LA PEAU de David Léon
  • THE LULU PROJEKT de Magali Mougel
  • METROPOLE de Vincent Farasse
  • EXIL EXIL de Christophe Botti
  • SANDRE de Solenn Denis
  • L’ARBRE A BROSSE A DENTS de Veronika Boutinova
  • L(S)1 de Nathalie Bassand
  • MARTINA de Laura Tirandaz

 

AU PIED DU FUJIYAMA

JEAN CAGNARD

  • Pièce écrite en 2014 d’après les paroles d’habitants de la communauté de communes du Pays Grand’Combien (Gard, France), dans le cadre du projet « Pourquoi tu es là », initié par la Compagnie 1057 Roses.
  • Publiée par les Editions Espace 34 (2015)

Au pied du Fujiyama

Dans un premier temps on assiste à un effondrement. Ce qui était en place depuis toujours et qui définissait le paysage, l’extraction de l’énergie fossile au service de l’économie et de l’industrie, ne tient plus la route et s’écroule. Ainsi l’avenir est-il brutalement interrompu à cet endroit. Il reste des ombres, des silhouettes contre le ciel, de la suffocation et bien sûr énormément de mémoire. Ensuite, il faut le temps que la poussière des événements retombe, que l’Histoire digère sa secousse. C’est lent parce que le passé, privé d’avenir, a tendance à faire de la graisse inutile, mais finalement les choses s’équilibrent peu à peu et la lumière reprend sa place dans le dispositif local. Comme dit l’autre: après l’hiver, le printemps.

A partir de là, toute présence et toute action seront susceptibles d’être appelées à reconstruire. Volontairement ou involontairement. Consciemment ou inconsciemment. Sur place ou dans la fuite. Puisqu’il n’y a plus rien, il y a tout.

Un texte autour de la question, universelle, d’habiter quelque part. Autour de la mémoire, de l’immigration, de l’appartenance. Quelle bascule entre le passé et l’avenir ? Quelles forces entre soi et l’endroit où l’on vit ?

Jean Cagnard

La naissance pas loin de la mer, tout près de la métallurgie. Plus tard, pas mal de petits boulots, rencontre avec l’écriture, bonjour, des chantiers de maçonnerie, tout en écrivant. Puis les choses prennent leur place, certaines disparaissent, au revoir, d’autres se fortifient, on élargit la vie, écrire est ce qu’il faut faire à tout prix.

Auteur de roman, nouvelles, théâtre, poésie. Metteur en scène, dramaturge. En 2005, création avec Catherine Vasseur de la Compagnie 1057 Roses. 

Dernières publications

  • Le menhir, Editions Théâtrales, 2010, (Finaliste du Grand Prix de Littérature Dramatique 2011)
  • Le voyageur liquide, roman, Editions Gaïa, 2011
  • La distance qui nous sépare du prochain poème, Texte poèmeEditions Espaces 34, 2011
  • L’escalier de Jack, roman, Editions Gaïa, 2012
  • Grosses joies, nouvelles, Editions Gaïa, 2014
  • Au pied du Fujiyama, Théâtre, Editions Espaces 34, 2015

 

DES IDIOTS NOS HEROS

MOREAU

  • Drame en trois monologues : Et tu parleras de BeckettEt ce cri était un long cri qui ne s’arrêta jamais et 1983.
  • pièce écrite en 2012
  • Une première version de la pièce a été lue par la compagnie Grenier Neuf à la Galerie Interface à Dijon, sous la direction de Leyla-Claire Rabih en mai 2012. L’intégrale a été mise en voix par Jacques Allaire avec la troupe de la Comédie-Française au Théâtre du Vieux-Colombier le 30 juin 2013 et par Frédéric Fisbach avec les élèves de l’Ecole du Nord en mars 2014 à Théâtre Ouvert.
  • Elle a été finaliste du Grand prix de littérature dramatique 2014.
  • La pièce est publiée aux éditions Théâtre Ouvert/Tapuscrit (Tapuscrit 128).

Des idiots nos héros

Que s’est il passé en 1983 ? Sous le saule pleureur de la maison familiale dans le paisible décor d’une campagne, trois êtres humains s’expriment. Le fils en premier lieu, lui qui n’aime pas parler et soliloque longuement pour essayer de dire quelque chose à son frère et pour contrecarrer l’inévitable conversation à propos de Beckett. La mère qui d’année en année n’attend plus que Noël pour retrouver ses enfants et leur cuisiner le traditionnel canard. Le père, enfin, revenu pour expliquer les raisons de son geste, cause du douloureux secret qui réveille les souvenirs et les difficultés de parler du fils et la mélancolie de la mère.

Moreau

Moreau est régisseur pour le spectacle vivant, auteur et metteur en scène, il écrit pour le théâtre et la radio. Il a été le concepteur et l’animateur avec Carine Lacroix des Lectures du Train de vie (2010/15), et dirige des stages auteur de la littérature de scène, et de L’acteur-régisseur, éthique de plateau qu’il élabore avec son équipe au sein de la Compagnie Moreau.  

Bibliographie

  • Non, paru chez Quartett éditions (2015).
  • L’Illétric, commande d’écriture de l’association Lectures&Lecteurs, paru chez Quartett éditions (2015).
  • Nevers for ever, commande d’écriture de Serge Tranvouez pour l’Esad (promotion 2014).
  • Des idiots nos héros, paru aux éditions Théâtre Ouvert/Tapuscrit (2013).
  • Calibre 38 dernière didascalie (2009).
  • Faire, paru aux éditions Théâtre Ouvert/Tapuscrit (2007).
  • Maman est folle, paru aux éditions Théâtre Ouvert/Tapuscrit (2005).
  • Les Habitants, paru aux éditions Théâtre Ouvert/Tapuscrit (2003).
  • La Croix Saint-Gilles (2002).

 

TENIR

NATHALIE PAPIN

  • Pièce écrite en 2014 à La Londe
  • La pièce est en cours d’édition au Editions Espace 34

Tenir ( ou Celui qui reste)

Mur après mur, la maison s’effondre et le toit finit par disparaître. C’est dans ce monde de l’après catastrophe que Celui qui reste tente de survivre et de retenir l’autre pour lui montrer que la beauté est toujours de ce monde et qu’elle prend l’apparence des plumes bleus du goura. Mais il y a aussi le type, être malfaisant qui n’a de projet que de soumettre celui qui reste par la force et de plumer le beau pigeon.

Nathalie Papin

Nathalie Papin publie son premier récit, chez Paroles d’Aube, en 1995. Elle est considérée comme un écrivain majeur dans le domaine du théâtre pour la jeunesse. Sa première pièce, Mange-Moi, paraît en 1999 à l’École des Loisirs qui éditera jusqu’à ce jour tout son théâtre. La plupart de ses pièces ont été mises en scène et souvent à plusieurs reprises. Elle reçoit deux fois des bourses d’écriture du CNL. Plusieurs de ses pièces dont certaines inédites font l’objet de création radiophonique sur France Culture, Debout, l’Épargnée, Tisser les Vivants.

Pour l’année scolaire 2012/2013 l’Éducation Nationale a inscrit dans la liste des ouvrages sélectionnés pour les collèges trois textes de Nathalie Papin : Debout, Camino, La morsure de l’âne.

Elle reçoit en 2002 le prix de l’ASTEJ (regroupement des associations suisses pour le théâtre jeunesse) pour Le Pays de rien

Bibliographie (théâtre)

  • Léonie et Noelie, éd. l’École des Loisirs, 2015
  • Un, deux, rois, éd. l’École des Loisirs, 2012
  • La Morsure de l’âne, éd. l’École des Loisirs, 2008
  • Les 120 voyages du fou, éd. théâtrales, ouvrage collectif
  • Tisser les vivants, inédit, 2007
  • L’Épargné(e), inédit, 2007
  • Qui rira verra, éd. l’École des Loisirs, 2006
  • L’Habitant de l’escalier et Le Partage, éd. l’École des Loisirs, 2002
  • Camino, éd. l’École des Loisirs, 2002.
  • Le Pays de rien, éd. l’École des Loisirs, 2002
  • Yolé tam gué, éd. l’École des Loisirs, 2001
  • L’Appel du Pont, éd. l’École des Loisirs, 1999
  • Debout, éd. l’École des Loisirs, 1999
  • Mange-moi, éd. l’École des Loisirs,

 

LA VILLE DE L’ANNEE LONGUE

WILLIAM PELLIER

  • Pièce écrite en 2012 dans le cadre de Partir en écriture, dispositif de résidence organisé par le Théâtre de la Tête noire (Saran)
  • Texte lauréat du 13e prix d’écriture de la ville de Guérande, en 2013.
  • Création à Saint-Herblain par le Théâtre du Rictus 2015

La ville de l’année longue

C’est l’histoire d’une famille qui habite une ville du cercle polaire et ils ont un ami qui est docteur. Jusque là tout va bien. En fait, ce n’est pas vraiment une famille, on s’aperçoit que la femme est mariée avec un ours. Pourquoi pas. Il travaille dans une banque. Coïncidence, deux célèbres banquiers arrivent en ville. Plus tard, ils s’écharpent avec un prix Nobel d’économie, un vrai dont l’auteur a lu les ouvrages. Le docteur bibliomane – une note de bas de page l’affirme – aimerait lui emprunter de l’argent pour assouvir sa coupable passion. De son côté, le narrateur révèle que le docteur est un brillant neurologue, peut-être pervers. La grand-mère – on ne sait de qui – est férue d’Hitler. Il y a encore un enfant, mais il n’a pas une ligne de texte à dire.

Finalement, on s’enlise dans le résumé. L’essentiel, c’est le spectateur – ou le lecteur – qui se fait trimbaler. Pourquoi lui répète-t-on ce qu’on lui a déjà dit ? Il a l’impression d’avoir déjà entendu ça, mais il n’en est plus très sûr, il ne se passe pas grand chose, ça parle et parfois il décroche. Dans ce projet de raconter une histoire décomplexée, comme si on allait chercher du pain en slip, il y a plusieurs histoires qui s’amusent. Il y a l’histoire de la langue qui se dérobe et patine dans la bouche des personnages. Il y a l’histoire de l’histoire qui n’en finit pas de se répéter et qui avance par reculades successives… la rémanence, les réminiscences, l’examen discret de son voisin de fauteuil ou son propre intérêt.

William Pellier

De 1986 à 1991, William Pellier écrit, joue et met en scène six textes au sein de la Compagnie minière, dont Indolente et Pataud en 1991.
A Lyon, il participe à la création du Théâtre Mobile avec lequel il joue de 1993 à 2001.
 Il collabore avec Lionel Marchetti à des pièces électroacoustiques dont Mue, éditée en 1993 (Metam kine), ou Satellite amateur, toutes deux diffusées sur France culture.
En 1997, il commence à écrire Marcels, récit de voyage imaginaire autour de Marcel Duchamp, Marcel Mauss et Marcel Proust. Il reçoit une bourse d’aide à l’écriture de l’Agence Rhône-Alpes pour Le Livre et la Documentation (ARALD, Annecy).
Il écrit en 2000 Liste exhaustive de mammifères apparus à nous et à ceux qui nous accompagnaient…, qui résume sept mois de promenades dans les paysages français.
En 2001, en contrebande d’une résidence du Théâtre craie à Teyssières (Drôme), il se propose une résidence virtuelle sur internet durant laquelle il écrit Le Territoire de Teyssières, essai de géographie.


Les textes de théâtre de William Pellier ont pour la plupart été joués (Variétés parlées, La vie de marchandise, Le Tireur occidental), son dernier texte de théâtre : Grammaire des mammifères (édité chez Espaces 34) a obtenu l’aide à l’écriture de la SACD en 2003, l’aide à la création de la DMDTS en 2004. Pour ce même texte, en 2006, William Pellier est nominé pour le Grand Prix de Littérature Dramatique.

Bibliographie

  • La Vie de marchandise, édition Espace 34 (2009)
  • Grammaire des mammifères, édition Espace 34 (2005)
  • Reconstitution in La baignoire et les deux chaises, L’Amandier (2005)
  • Le Tireur occidental, édition Espace 34 (2004)
  • Variétés parlées (1992)

 

SAUVER LA PEAU

DAVID LEON

  • Pièce écrite en 2013 à Montpellier.)
  • Création dans en mise en scène d’Hélène Soulié, collectif Exit avec Manuel Vallade, Théâtre Ouvert (Paris), du 26 janvier au 14 février 2015.
  • Création radiophonique sur France-Culture, réalisation de Christophe Hocké, 2015.
  • Finaliste du Grand prix de littérature dramatique 2015 organisé par le Centre National du Théâtre.
  • Pièce publiée aux Éditions Espaces 34.

Sauver la peau

Sauver la peau s’ouvre sur la lettre de démission d’un éducateur d’une institution spécialisée dans le soin et l’accompagnement éducatif d’enfants et d’adolescents psychiquement fragilisés. Le narrateur nous délivre une parole directe, confrontant ce qu’il nomme « le carcan familial » au « carcan institutionnel d’éducation ».

Par un jeu d’entrecroisements des prises de paroles multiples, le texte scrute comment la violence verbale s’exerce de part et d’autre, jusqu’à nous interroger en ligne de fond sur ce qui constitue nos identités dans le frottement subtil entre l’espace intime et l’espace professionnel. Pièce à l’écriture ciselée, Sauver la peau, au-delà de ce qu’elle dévoile d’un système éducatif, pose la question du geste d’écrire et de la fonction de la littérature face à nos engagements.

David Léon

David Léon a suivi une formation de comédien aux conservatoires de Montpellier et de Paris. Il a joué notamment dans des mises en scène de Jean-Louis Martinelli, Lukas Hemleb et Alain Françon Il a commencé à écrire au conservatoire de Paris. Accompagné par Joël Jouanneau, il y a présenté son premier texte : Comme des frères.

En 2007, il reçoit une bourse d’encouragement du C.N.T pour l’écriture de La robe bleue dont il présentera une maquette de spectacle à la Chartreuse de Villeneuve lez Avignon. Cette même année, Pour en finir avec notre mère et Rocking chair (drames familiaux) font l’objet de lectures dirigées par l’auteur, puis par Béla Czuppon à la Baignoire à Montpellier. En 2008, la compagnie Nagananda, implantée dans le Val d’Oise, le sollicite pour une commande d’écriture « jeune public ». Ecrite à partir d’ateliers d’improvisations avec des enfants, Le voyage de Jason sera crée en 2010.

Il publie en 2011 une première pièce Un Batman dans ta tête, coup de cœur du comité de lecture du Panta Théatre, sélectionnée par le bureau des lecteurs de la Comédie-Française et par le comité de lecture du Théâtre de l’Ephémère. En septembre 2012, paraît Père et Fils.

Début 2014, il publie une troisième pièce Sauver la peau et, pour le festival d’Avignon 2014, le texte Un jour nous serons humains.

Bibliographie

  

THE LULU PROJEKT
MAGALI MOUGEL

  • pièce écrite en 2014 dans le cadre d’une commande du CND de Montluçon
  • créée en mai 2015 par la classe bac option légère du Lycée Madame de Staël
  • Piéce sélectionnée pour le projet Fabula Mundi et lue à la Mousson d’été 2015

The Lulu Projekt

A 18 ans, Lulu rêve de devenir cosmonaute mais ses échecs scolaires et son comportement général le destinent davantage à une carrière moins prestigieuse. D’autant que pour éviter une école militaire, Lulu sabote ses tests. Il est considéré comme attardé mental, doté de lunettes cul de bouteille et se retrouve commis de ferme, ouvrier d’une usine d’abattage de volailles ou élagueur de haie. Dans le foyer où on l’a placé, il fait la rencontre d’un autre jeune homme, Moritz, lui aussi physiquement inadapté. Mais il ne renonce pas à son rêve.

Comment échapper à sa condition quand les critères sociaux sont tels qu’ils déterminent tout ce qui concerne notre existence aussi bien dans notre rapport au monde du travail que dans la façon que nous envisageons de la mener en tournant le dos aux clichés de la réussite ?. Pièce chorale, lisible en tant que récit comme en tant qu’intrigue dramatique, autour d’un personnage attachant, de ces personnages dont on ne parle jamais et qui pourrait nous instruire sur les mensonges que nous nous faisons à nous-mêmes.

Magali Mougel

Auteure formée à l’ENSATT à Lyon, elle s’empare du quotidien qu’elle interroge par le prisme de fictions dramatiques.

Elle se prête régulièrement à l’exercice de la commande et collabore avec différentes structures (Le Préau CDR de Vire, Théâtre Jean Vilar-Montpellier, La Manufacture-CDN de Nancy, CDN de Sartrouville).

Bibliographie

  • Penthy sur la Bande – Editions Espace 34 (2016)
  • Elle pas Princesse, Lui pas Héros Heyoka Jeunesse-Actes Sud  (2015)
  • Suzy Storck – Editions Espace 34 (2013)
  • Guerrilleres ordinaires – Editions Espace 34 (2013)
  • Erwin motor, Devotion – Editions Espace 34 (2012)

 

METROPOLE

VINCENT FARASSE

  • Pièce écrite en 2014
  • Prix des Journées de Lyon des Auteurs de Théâtre 2015
  • Aide à la création du CNT en 2015
  • Lecture publique le 26 novembre 2015 à la médiathèque de Vaise, dans le cadre des Journées de Lyon des Auteurs de Théâtre
  • Création en décembre 2016 au Théâtre de la Virgule à Tourcoing dans une mise en scène de l’auteur
  • A paraître aux Editions Actes sud-Papiers fin 2016

Métropole

Ils sont de conditions sociales différentes. Riches pour certains et pauvres pour d’autres. Mais les hasards de l’existence provoquent leur rencontre en un chassé croisé où leurs relations sont monnayées qu’elles soient d’ordre salarial, familial, conjugal ou même à caractère sexuel. Mais parmi le petit monde de ceux qui se vendent, acceptent sans sourciller les mensonges des puissants, sans se dévoiler plus que nécessaire, certains resteront au bas de l’échelle et d’autre grimperont quelques échelons et ne se reconnaîtront plus.

Vincent Farasse

Après une licence de Philosophie et des études de musique, il intègre l’Ensatt en tant que comédien, et il y met en scène Je puis n’est-ce pas laisser la porte ouverte, trois nô modernes de Mishima.

Après plusieurs expériences de mise en scène , il écrit sa première pièce, Suspendue, en 2006 En 2009, au JTN, il met pour la première fois en scène un de ses textes, L’enfant silence. En mai 2010, il est reçu en résidence au CNES, Chartreuse de Villeneuve-lez-Avignon. Il y écrit en partie Passage de la comète qu’il met en scène en avril 2012 au Studio-Théâtre de Vitry. Sa pièce suivante, Mon Oncle est reporter, est mise en espace à Théâtre Ouvert et diffusée sur France-Culture.

Il est auteur associé au CDR de Vire pour la saison 2012-2013. Il y écrit Cinq jours par semaine, qu’il met en scène avec la troupe permanente en juin 2013.

En avril 2015, il met en scène Mon Oncle est reporter au Théâtre de l’Echangeur à Bagnolet et en tournée. En 2015 et 2016, il sera artiste associé au Théâtre de la Virgule, centre transfrontalier de création théâtrale Tourcoing-Mouscron.

Bibliographie

  • Métropole – Editions Acte Sud à paraître
  • Mon Oncle est reporter et Le Passage de la comète – Editions Acte Sud (2014)

 

EXIL EXIL

De Christophe Botti

  • Pièce écrite en 2011
  • Coup de cœur du comité du Centre dramatique National Nouvelles Génération de Lyon -2012
  • Finaliste du Prix d’écriture théâtrale de Guérande – 2012
  • Coup de cœur des lycéens au printemps théâtral de Guérande- 2013

Exil Exil

Mindy et sa famille sont sans-papiers. Alors que des gendarmes viennent rechercher son petit frère dans l’enceinte même de l’école et arrêtent sa mère, Mindy parvient à se cacher avec l’aide d’un camarade. Un réseau humain bienveillant va se tisser autour d’elle.  Dans cette pièce se côtoient les déracinés d’aujourd’hui, et ceux qui les soutiennent : Les Justes, les associations, les anonymes… Elle parle aussi des déracinés d’autrefois, juifs, cambodgiens… La Peur est commune à tous… L’histoire se réécrit à l’identique inlassablement… car finalement l’homme ne sait pas tirer l’enseignement de ses erreurs.

« Exil, Exil » est une pièce pleine d’humanité sur l’inhumanité qui ose aborder un sujet malheureusement toujours d’actualité.

Christophe Botti

Christophe Botti est dramaturge et metteur en scène, diplômé d’une Maîtrise des Arts du Spectacle à l’Université Paris VIII. Il est également scénariste diplômé de la FEMIS et titulaire du diplôme de scénariste professionnel du CEEA et comédien. Il a écrit près d’une quarantaine de pièces. Une quinzaine d’entre elles a été éditée. Une trentaine de créations de ses textes ont déjà eu lieu.

Lauréat du Prix de la Fondation Charle Oulmont sous l’égide de la Fondation de France pour son compagnonnage d’auteur avec la Compagnie de Hommes Papillons. Il a aussi reçu le Prix de l’Office FrancoQuébécois de la Jeunesse dans le cadre du Grand Prix du théâtre pour son texte Distorsion. Sur le thème de la transmission, sa pièce Frères du bled a été lauréate du Prix Théâtre du XXe siècle décerné par l’Association Beaumarchais et créée à la Scène Watteau de Nogent-surMarne avant que Thierry Harcourt n’en propose une nouvelle mise en scène en 2011 au Vingtième Théâtre.

 

SANDRE

SOLENN DENIS

  • Pièce écrite en 2012 à La Chartreuse de Villeneuve lèz Avignon.
  • Bourse Beaumarchais-SACD (2013)
  • Prix des Journées de Lyon des auteurs (2013)
  • Création par le Collectif Denisyak -pépinière de le Cie du Soleil Bleu & du Glob Théâtre- en décembre 2014 au Glob Théâtre- Bordeaux lors du festival Novart.
  • Pièce publiée chez Lansman (octobre 2014)

Sandre

Elle se rêve comme un inséparable avec ses jolies plumes de paons suspendues à ses boucles d’oreille et ses lèvres soulignées de rouge mais elle erre en chemise de nuit en rêvant de déshabillé de soie, tout en sachant que son corps s’est beaucoup empâté depuis qu’elle nourrit son mari avec des bons petits plats pour le retenir à la maison. Malheureusement, le veau aux olives et les bonnes intentions culinaires de l’épouse devenue trop grosse n’ont pas réussi à prévenir l’éloignement progressif du mari ni ses escapades amoureuses entre les bras de sa secrétaire, Sandrine. Et voici que l’épouse délaissée, deux fois mère d’une fillette au regard aussi dur que celui de son père et d’un petit garçon qui mord, couve sa troisième grossesse avec la même rage que la haine de sa rivale… Alors dans le naufrage de ses pauvres illusions, entre les signes incompris de l’amour qui se défait et l’abandon de son apparence, le meurtre creuse son chemin et trouve sa victime expiatoire pour que la famille survive, construite sur le crime.

Solenn Denis

AUTRICE/ COMéDIENNE / METTEUSE EN SCèNE / BIDOUILLEUSE

Après un bac théâtre où son professeur communiste à moustaches lui aura dit « Toi tu seras une grande», Solenn Denis rentre aux Cours Florent et obtient une licence de cinéma. Les corps des autres sur la scène mettent en lumière comme ça trépigne comme ça crie à l’intérieur, sous sa peau les mots. Alors, quand elle n’a pas de pain sur les planches, elle se met à écrire du théâtre, façonne des mots pour la chair. Adoubée par Koffi Kwahulé qui lui dit «Mets-toi ça dans le crâne tu es une auteure », elle prend cette décision: comme on décide de rentrer dans les ordres, elle fera de sa vie des drames. Et tous les moyens sont bons. Corps, mots, photos, vidéos, whisky, cadavres exquis, sons, pour raconter ses histoires.

Bibliographie

  • Sandre – Editions Lansman (2014)
  • Heils Angel – Editions Moires (2014)
  • Valse lente – L’avant Scène Théâtre (Recueil De bruits et de fureurs) 2013
  • SStockolm et Humains – Editions Lansman (2012)

 

L’ARBRE A BROSSES A DENT

VERONIKA BOUTINOVA

  • Pièce écrite en 2014 à Calais
  • Inédite
  • Publication d’un extrait dans une revue associative
  • Lecture au 1er juin des Ecritures théâtrales Jeunesse par la compagnie TDF

L’arbre à brosses à dents

Deux garçons nus dans une forêt se chamaillent à propos d’un jerrycan d’eau chaude autour d’un arbre où sont suspendues les brosses à dent des réfugiés qui campent avec eux dans la Jungle. Et ce refuge dans la nature est loin d’être un Eden ni même l’Eldorado promis sur l’autre rive de la Manche. Avant de prendre leur douche ici, ils ont déjà affronté de nombreuses épreuves et leurs corps en portent les traces. C’est ce corps çà la fois meurtri et séduisant de jeune garçon qui attire le regard de Coralie. Fille du médecin humanitaire qui prodigue des soins aux migrants, la jeune fille rêve de devenir médecin comme sa mère. Ce qui la trouble dans la vision de la nudité de Kadir tient à la fois de la compassion et du désir. Mais une jeune calaisienne peut elle aisément tomber amoureuse d’un migrant dans une ville où le racisme pointe le bout de son nez ? De même, un jeune Afghan est-il en mesure de changer le cours de projet quand famille et amis comptent sur sa réussite ? Et l’assistance qu’on prête à ceux qui cherchent à traverser ne risque-t-elle pas de les étouffer, de contrarier leurs projets sans réellement leur apporter de solution durable

Veronika Boutinova

Veronika Boutinova est née en 1969 dans la région Nord. Après un doctorat sur la littérature tchécoslovaque, elle continue ses recherches sur les dramaturgies contemporaines d’Europe centrale et orientale et le Théâtre « Dans ta gueule ».Elle a mis en scène plusieurs auteurs du répertoire de l’Est dont Nicoleta Esinencu (FUCK YOU, Eu.ro.Pa ! a été joué à la Maison d’Europe et d’Orient, dans le off d’Avignon 2010, au Théâtre national de Chisinau, etc.). En tant qu’auteur, vivant à Calais, elle est préoccupée par le sujet des problèmes migratoires en Europe et a écrit plusieurs pièces sur le sujet notamment N.I.M.B.Y. et Dialogues avec un calendrier bulgare, deux pièces publiées en 2014 aux éditions L’Espace d’un instant).

Par ailleurs, Veronika Boutinova est membre d’Eurodram (Maison d’Europe et d’Orient) ; elle est aussi la dramaturge associée de la compagnie « Dans ta face », une compagnie européenne et citoyenne dévouée à la contemporanéité, au théâtre politique et européen.

Bibliographie

  • N.I.M.B.Y  Editions l’Espace d’un Instant (2014)
  • Dialogues avec un calendrier bulgare Editions l’Espace d’un Instant (2014)

 

L(S)1

NATHALIE BASSAND

  • Triptyque de trois courtes pièces
  • Ecrites entre 2012 et 2014
  • Mise en voix à Paris de Ses plumes comme de la neige par Asil Raïs (Moving parts) avec Gen Shimaoka, Kentaro, Diego Asensio, et Yannick Rocher.
  • Lecture de Nativité (Moving parts) par Stéphanie Campion et Diane Bertrand.
  • Prix Jean-Jacques Lerrant aux Journées des auteurs de théâtre de Lyon (2015)
  • Pièce publiée par les Editions L’espace d’un Instant (2016)

 L(S)1

 Ces trois pièces courtes partagent en commun le fait qu’elles ne font que raconter quelque chose qui s’est déjà passé : une étrange transaction autour d’un jeu érotique mortel avec un inconnu dans une chambre d’hôtel, un viol incestueux commis par un père sur sa fille pendant la transmission d’une corrida à la télévision, la noyade d’une femme lors d’une inondation et le voyage d’une autre dans la cité antique de Volubilis au Maroc. Un univers très singulier au charme très poétique de nouvelle japonaise (on pense beaucoup à Ogawa) pour la première Ses plumes comme de la neige. Un mystère plus dramatique pour la seconde Nativité, l’histoire de la vengeance d’une jeune femme pakistanienne qui accepte de se prostituer pour punir le meurtrier de sa mère. Et le dialogue de deux récits parfaitement opposés entre la description d’un déluge meurtrier et une errance aux accents durassiens dans le désert marocain pour la troisième Volubilis. sont très bien écrites et parfaitement équilibrées dans la gestion de leurs ingrédients.

Nathalie Bassand

Nathalie Bassand est traductrice et auteur. Après des études de lettres et de langues vivantes, elle devient enseignante dans une université britannique, puis en Amérique du Nord, et en Asie. En 2007, elle quitte Séoul, abandonne l’enseignement et décide de se consacrer uniquement à la traduction littéraire et à l’écriture. Traductrice du dramaturge indien Girish Karnad, elle est l’auteur de plusieurs pièces de théâtre, de poésie et de nouvelles. Elle vit entre Londres et Paris.

Bibliographie théâtrale

  • LS(1) – Editions L’espace d’un Instant (2016)

 

MARTINA

LAURA TIRANDAZ

  • Texte écrit suite à deux résidences, à Théâtre Ouvert en 2014 et au Théâtre le Tricycle en 2015 en partenariat avec Troisième Bureau, avec le soutien de la Région Rhône-Alpes

Martina

Un matin, une femme arrive dans une petite ville par un train. Un homme vient la chercher à la gare. Il paraît qu’ils se sont mariés dans le pays de cette femme. Il l’amène chez lui à Feuillefendue, un lieu-dit au nom étrange : un étang, une maison mal entretenue et le long du chemin, des petites baies rouges, empoisonnées. Elles ressemblent aux groseilles. A Feuillefendue, personne ne se résout à les enlever. Martina découvre les légendes, les souvenirs, les frustrations du quotidien, les problèmes d’argent de son mari et l’ennui, surtout l’ennui. Ils s’inventent d’autres vies, d’autres journées et d’autres nuits et tout est prétexte à rêver, à imaginer, à se travestir.

Quelques jours plus tard, on apprend qu’un enfant de touristes s’est perdu dans les bois. Le temps passe et l’enfant reste introuvable, les habitants veulent organiser une battue, entrer dans Feuillefendue, sonder l’étang et fouiller les environs.

Laura Tirandaz

 Après une formation à l’ENSATT, Laura Tirandaz devient auteur associée à Troisième Bureau et réalise un documentaire sonore en lien avec le théâtre le Tricycle sur le quartier Berriat à Grenoble, diffusé sur Radio Grenouille. Elle travaille comme dramaturge à la conception d’un cycle d’émissions sur Arthur Adamov pour France Culture. En lien avec la compagnie Le bouc sur le toit, elle écrit trois pièces courtes à destination du jeune public mises en scène par Virginie Berthier et écrit pour la compagnie Musique en roue libre, Le dernier miroir, un opéra pour enfants. Son texte Choco Bé, édité aux « Tapuscrits » de Théâtre Ouvert et enregistré par France Culture, est mis en scène par Benjamin Moreau au théâtre 145 en co-production avec la MC2 et le Tricycle en mars 2015. Traduit par Frank Weigand, il est enregistré par la radio Sarroise dans une réalisation d’Anette Kührmeyer. En 2015, elle bénéficie d’une aide à la résidence de la région Rhône-Alpes en partenariat avec le Tricycle et Troisième Bureau, elle finit alors sa pièce en cours d’écriture, Martina

Bibliographie

  • Choco Be – Théâtre Ouvert/Tapuscrit (2015)
Publicités